vendredi 21 juillet 2017

Manque de…

Lors de la dispute de bac à sable entre le chef d'état-major des armées françaises, Pierre de Villiers, et le Président Emmanuel Macron, j’ai dialogué de manière virtuelle avec une personne qui s’en offusquait ! Elle m’affirmait que l’armée française était confrontée à « un manque d'équipements, du matériel obsolète et/ou pas en état de fonctionner, un manque de formation, le non-paiement de leur solde… ». Bref, une analyse en termes de « manque de… » !

Ce type d’analyse est très fréquent. Notamment dans le domaine de l’éducation. Si l’enseignement va si mal, c’est – dit-on souvent – par manque de moyens, de temps de concertation, de motivation des élèves et/ou des enseignants, etc.

Cependant, dès qu’on raisonne selon des « manques de », on ne parle pas des problèmes, mais des solutions qu’on envisage à un problème qui n’est pas identifié. Dire que l’armée manque d’équipements revient à dire qu’il faut à l’armée des équipements supplémentaires. Mais quel est le problème ? Est-ce que celui-ci est que l’armée ne parvient plus à remplir ses missions classiques ? Est-ce qu’il y a des accidents liés à la vétusté des équipements ? Est-ce que les équipements actuels ne sont plus adaptés aux nouvelles missions de l’armée (notamment en termes de services aux populations ou de protection des citoyens…) ? En ne dénonçant que l’absence de la solution envisagée, il est impossible d’apporter une solution au problème puisque celui-ci n’est pas identifié. Or, en fonction du réel problème, les solutions à apporter ne seront pas nécessairement les mêmes. On risque donc d’apporter une solution sans résoudre le vrai problème. Ou sans mener le projet qui est vraiment pertinent dans la situation.

La majorité des projets qui sont mis en place sont basés sur une idée qu’il faudrait « faire ceci ou cela », en lien avec l’analyse qu’il manque de ceci ou de cela. Or, le véritable besoin tient à la différence qui existe entre la situation telle qu’elle existe (analysée en termes de problèmes) et la situation telle qu’on voudrait qu’elle existe (analysée en termes d’objectifs). Se concentrer sur les moyens correspondant aux « manques de… » risque souvent de passer à côté de la vraie problématique et de mener un projet ou mettre en œuvre des moyens pour le plaisir de le faire, sans qu’on sache trop bien « pour quoi ».

J’dis ça, j’dis rien… Finalement, chacun pense et dit ce qu’il veut. Je n’ai bien sûr de leçon à donner à personne ! N’empêche, ça me fait toujours râler de voir des actions menées en pure perte uniquement parce que l’analyse de départ n’a été faite que sur la base de « manques de… », en ne se fondant ainsi que sur d’éventuelles solutions, en ignorant les problèmes !

samedi 8 juillet 2017

Chansons oubliées : Je pourrais dire, par François Béranger (1971)

Aujourd’hui, tout le monde se plaint. Et tout le monde trouve ça normal. Il est troublant de constater que lorsqu’on donne la parole à tout un chacun, comme c’est le cas avec les réseaux sociaux et/ou les commentaires d’un article quelconque, c’est avant tout pour se plaindre, pour dénoncer l’un ou l’autre, pour railler, pour critiquer à charge, etc. Il y a sans doute de quoi. Quoique. Car, enfin… je pourrais dire !

S’il y a bien un chanteur qu’on ne peut pas soupçonner de s’être laisser récupérer, c’est François Béranger. Il a été de tous les combats. Quinze ans après sa mort, il reste pour beaucoup un modèle de lutte sociale. Un gars qui a toujours osé dire.

Pourtant, au début de sa carrière, pour clôturer son deuxième album, il propose une chanson d’une simplicité et d’une profondeur éblouissantes. « Je pourrais dire ». Musicalement, on y retrouve – surtout à la fin – des écho(e)s de Pink Floyd. Mais l’important n’est pas là.

En soi, ce n’est pas une chanson sociale. Béranger n’y parle que des femmes. De ce qu’il a pu vivre avec des femmes. Mais il est là au cœur-même de la vie humaine et donc de la réalité sociale.

N’y a-t-il pas pire injustice ou pire souffrance pour un homme de vivre la trahison de celle(s) qu’il aime, de supporter la mort de celle(s) qu’il aime, de subir l’indifférence de celle(s) qu’il aime… ? Ce sont des réalités fondamentales. Qui blessent. Au plus profond de ce qu’on est. À côté de ça, les mesquineries politiques, financières, philosophiques… ne sont rien. Bien sûr, elles méritent qu’on s’y attarde, qu’on ne les laisse pas se développer sans pouvoir de contrôle. Mais en soi, ces mesquineries ne sont rien face à l’abîme sentimental lorsque celui-ci surgit, la plupart du temps sans prévenir ! Bref, c’est alors qu’on pourrait dire… qu’on pourrait se plaindre… qu’on pourrait se lamenter…

Et pourtant, soudain, le soleil se lève et fait jaillir des cris d’enfants ! Par ces mots, Béranger remet les choses à leur place, qu’elles n’auraient jamais dû quitter. On peut se plaindre, bien sûr. Mais l’essentiel n’est pas là. L’essentiel est que – chaque matin – le soleil se lève et fait jaillir des cris d’enfants.


Je pourrais dire
Que la femme que j'aime
Me trompe avec mes meilleurs amis
Je pourrais dire
Qu'une autre femme que j'aimais
A tout jamais dans la mort est partie
Je pourrais dire
Qu'une autre encore que j'aimais
Ne m'a même jamais regardé
Je pourrais dire...
Mais non, je ne vous dirai rien

Car soudain le soleil se lève
Et fait jaillir des cris d'enfants