Allumeur de réverbères

Ce blog a commencé avec une chanson "Allumeur de réverbères". Je l'ai écrite dans les souvenirs de mon enfance. Puis elle m'est rapidement apparue comme une évidence : ne devais-je pas, à ma manière, allumer aussi des réverbères ? C'est ce que j'essaie de faire depuis novembre 2006.

Voici donc cette chanson, base de tout !


Allumeur de réverbères

Qu’y a-t-il de plus beau sur terre

Que de faire naître la lumière

Là où c’est nécessaire

Allumeur de réverbères

Tous les jours il arrivait

Avant la tombée de la nuit

D’un pas calme, il arpentait

Toutes les rues de la ville

C’était dans les années 50

Les enfants jouaient dans la rue

Sans qu’il n’y ait de tourmente
À laquelle personne n’aurait cru

Sa casquette sur les oreilles

Sa veste était bien trop usée

Mais il faisait des merveilles

À nos yeux pas encore blasés
D’un coup de manivelle

Il faisait naître la lumière

En créant une étincelle

Pour allumer les réverbères

Chaque jour, nous attendions

L’arrivée de sa grande carcasse

Sans avoir aucune illusion,

Nous rêvions d’être à sa place

Chacun à notre tour

Il nous prenait de ses grandes mains

Nous nous agrippions autour
Du réverbère encore éteint
Il nous donnait sa manivelle

Pour ouvrir le robinet

Et tout au long de la ruelle
La lumière ainsi naissait
Je ne sais trop si cette lumière

Éclairait le monde extérieur

Ou surtout faisait renaître

Une étoile au fond de nos coeurs
Aujourd’hui, toutes les lumières

Jaillissent sans qu’on sache comment

L’allumeur de réverbères

N’existe plus pour les enfants

Ce sont des ordinateurs

Qui décident du jour et de la nuit

Et plus personne n’est porteur

De la lumière qui jaillit

Mais il y a toujours des hommes

Ou des femmes qui nous illuminent

Qui nous transportent au royaume
Des rêves qui nous fascinent

Ces gens qui nous font confiance

Qui nous disent « lève-toi »

Qui nous donnent la puissance

De toujours croire en soi

François-Marie GERARD - FMG © 2005