mercredi 16 juillet 2014

L'eau

FMG©2014

Rien n'est plus souple au monde et plus faible que l'eau
Mais pour entamer dur et fort rien ne la passe
Rien ne saurait prendre sa place
Que faiblesse prime force
Et faiblesse dureté.

Lao-tseu, VIe-Ve siècles ACN, La voie et sa vertu, chapitre 78

L'eau. Rien de plus banal. Rien de plus insipide. Rien de plus vain. L'eau n'a aucune tenue, aucun goût, aucun sens. Elle va où on la mène, se laisse emporter au gré des reliefs ou des souffles venteux, se laisse même disparaître sous la seule action du soleil. L'eau n'est rien. Rien qu'un fluide passager.

Et pourtant, quelle force. Quelle vivacité. Quelle énergie. Quelle profondeur.

D'abord, l'eau réfléchit. Comme un miroir. Mais le miroir, sauf s'il est déformant, renvoie toujours l'image exacte. L'eau réfléchit, mais en transformant toujours la réalité. Non seulement en fonction du moment, mais surtout en fonction de son humeur. Elle réfléchit toujours, mais on n'est jamais sûr d'y voir la réalité. Plus qu'un photographe, l'eau est avant tout peintre. 

Ensuite, l'eau porte. Depuis des siècles. Elle porte des masses immenses. Des flottes de bois, transbahutées d'une région à une autre. Des flottes de bateaux éparpillés dans le monde, mais qui savent toujours - souvent serait plus correct - où ils vont. Y a-t-il un seul autre élément qui serait à même de porter tant de masses, sans perdre une once de sa réflexion ?

Puis, l'eau construit. Elle trace ses cours là où bien sûr on l'emmène, mais surtout là où elle le veut. Ce serait orgueil de croire que c'est l'homme qui décide. Il le fait parfois quand il creuse un canal et que l'eau accepte de s'y engouffrer. Plus souvent, c'est l'eau qui décide et l'homme qui s'adapte aux volutes aquatiques. L'homme y gagne d'ailleurs. L'eau lui apporte la vie.

L'eau dévaste aussi. Elle n'est pas toujours bienveillante. Elle envahit parfois le monde, montrant inexorablement sa force, imposant sans foi sa volonté, ignorant superbement l'existence de ceux qui s'y frottent. L'eau, si on n'y prend garde, est le plus grand des démons.

Mais l'eau apaise. Elle suit son cours inexorable. Elle défile toujours dans la même direction. Elle regarde le temps passer, sans s'en laisser défier. Elle participe fondamentalement à la vie. Elle rythme la vie. Elle est en permanence la vie.

Billet écrit à Auxerre, les 14 et 15 juillet 2014.
Publié le 16 juillet à Clamecy

0 commentaires:

:)) ;)) ;;) :D ;) :p :(( :) :( :X =(( :-o :-/ :-* :| 8-} :)] ~x( :-t b-( :-L x( =))

Enregistrer un commentaire