dimanche 22 janvier 2017

Tout est interprétation

Isabelle Marchal © 2017

Depuis ce samedi 22 janvier, une nouvelle fresque soudaine est apparue à Bruxelles. Quand on voit l’ampleur et la qualité du travail, on peut douter évidemment qu’elle soit si soudaine que ça, mais la question n’est pas là. La question est de savoir si cette œuvre est une incitation à la violence, comme l’a déclaré très rapidement le bourgmestre de Bruxelles, Yvan Mayeur.

Effectivement, une première lecture de la fresque voit une main s’apprêtant à égorger un être humain. C’est violent, de toute évidence. Mais un deuxième regard permet aussi de voir une autre main, qui retient la main assassine. Alors, laquelle de ces deux mains est la plus importante ?

Pour répondre  à cette question, il faut resituer l’œuvre dans un contexte plus large. Elle n’est en fait qu’une adaptation d’un fragment d’un tableau célèbre dû aux pinceaux de Michelangelo Merisi da Caravaggio, en français Caravage ou le Caravage (1571-1610) : Le sacrifice d’Isaac.

Ce tableau s’inspire d’un récit de la Genèse (22, 9-12) : Dieu a enjoint Abraham de sacrifier son fils Isaac. Abraham s’apprête à obéir, mais un ange intervient pour arrêter le geste fatal. Cet épisode est commun aux trois religions dites « du Livre » : le judaïsme, le christianisme et l’islam. Sa signification est limpide : Dieu s’oppose à tout sacrifice humain.

Loin d’être une incitation à la violence, ce tableau témoigne avant tout de l’absurdité de l’idée que « Dieu, Allah, YHWH » puisse attendre de ses fans une quelconque mort violente faite en son nom.

Que la nouvelle fresque sauvage bruxelloise soit provocatrice, c’est l’évidence-même. On y voit sans doute plus la lame du couteau que la main qui l’empêche de trancher. Mais une fois resituée dans son cadre artistique et religieux, elle est plus un symbole de paix qui s’adresse aux partisans des trois religions monothéistes, et surtout aux plus acharnés d’entre eux, de quelque bord qu’ils soient.

Impossible de dire ce qu’il adviendra de cette œuvre de rue. Il est fort possible qu’Yvan Mayeur, peu connu pour ses remises en question personnelles, décide de la détruire ou de l’occulter. Ce serait une nouvelle fois refuser la main tendue.

0 commentaires:

:)) ;)) ;;) :D ;) :p :(( :) :( :X =(( :-o :-/ :-* :| 8-} :)] ~x( :-t b-( :-L x( =))

Enregistrer un commentaire