vendredi 8 juin 2018

Créer les problèmes plutôt que les traiter

Un gars en congé pénitentiaire commet à Liège un attentat horrible. Il apparaît assez rapidement que ce gars aurait dû être identifié comme radicalisé potentiel et qu’il n’aurait sans doute pas dû être en congé. Pour montrer sa force, le Ministre de la Justice, M. Koen Geens, prend une mesure phare : il suspend les congés pénitentiaires de longue durée, qu’il avait lui-même instauré ! Sans aucune logique, si ce n’est sans doute d’apaiser l’aile d’extrême-droite du gouvernement.

Sous conditions, ces congés de longue durée permettent aux détenus de sortir de prison une semaine sur deux, soit nettement plus que les 36 heures mensuelles légales. C’est une manière d’ouvrir les portes des prisons, tout en les désengorgeant. Une mesure qui a fait ses preuves : depuis sa mise en œuvre, la délinquance n’a pas augmenté. Ce n’est pourtant pas une réussite totale : sur 700 détenus concernés par ces congés, 70 seulement ont vu leur procédure s’arrêter en chemin. Dix pourcents d’échec, c’est vraiment infime.

Alors, pourquoi supprimer ces congés de longue durée ? Il n’y a aucune justification rationnelle, que du contraire. La seule explication est la volonté de se montrer fort et d’adopter une position sécuritaire comme un arbre pour cacher la forêt de l’indigence politique face aux enjeux du vivre-ensemble dans la diversité plurielle. Faire croire qu’on résout un problème, alors que la solution avancée n’a strictement rien à voir avec le problème, bien au contraire.

Loin d’apporter une quelconque solution, la suspension de ces congés pénitentiaires de longue durée va entraîner son lot de difficultés.
  • Comment sera géré l’inévitable regain de surpopulation carcérale ? On peut douter du fait que le gouvernement accordera un encadrement supplémentaire à ce niveau.
  • Comment vont réagir les détenus qui espéraient pouvoir bénéficier de ces congés pour engager leur réinsertion dans la société ? Ce n’est en tout cas pas cette suspension qui les réconciliera avec celle-ci.
  • Quelles mesures positives seront adoptées pour favoriser une véritable réinsertion, fondée non sur la peur du gendarme, mais sur la volonté de trouver sa place dans la société dans le respect mutuel ? Une mesure sécuritaire n’a jamais apporté la moindre aide à cet égard.
Malgré les beaux discours des membres de ce gouvernement, et singulièrement ceux de leur Premier Ministre, on voit ici toutes les limites de leur approche politique des grands problèmes sociétaux. Ils gèrent à la petite semaine, de recadrage en recadrage, de petites mesures en renoncements aux quelques mesures porteuses, sans aucune vision d’avenir. Pauvre de nous !

0 commentaires:

:)) ;)) ;;) :D ;) :p :(( :) :( :X =(( :-o :-/ :-* :| 8-} :)] ~x( :-t b-( :-L x( =))

Enregistrer un commentaire