samedi 18 juin 2011

La crise

En mai 1968, j’avais 14 ans. Je ne comprenais pas tout dans ce qui était en train de se passer, mais j’étais impressionné. Ma conscience politique était en train de naître, avec des idéaux de liberté, de solidarité et d’originalité. Elle ne m’a jamais tout à fait quitté, même si au fil du temps l’un ou l’autre accent a été plus évident. Ce qui ne m’a pas quitté non plus depuis lors, c’est « la crise » !

La crise était et est partout : crise économique, crise financière, crise morale, crise religieuse, crise de nerfs, crise politique, crise écologique, crise climatique, crise conjugale, crise d’adolescence, crise nucléaire, crise de l’énergie, crise monétaire, crise cardiaque, etc.

Il ne me semble pas avoir eu une vie réellement consciente sans qu’on me parle de crise. Dont on ne semble jamais sortir. Il y a de quoi vraiment désespérer.

Pourtant, malgré la crise, des millions de personnes gardent espoir. Ils ne se résignent pas. De nombreux – de plus en plus nombreux même – s’indignent ! C’est là une des composantes essentielles qui fait l’humain, comme le rappelle Stéphane Hessel dans son petit livre Indignez-vous ! : « la faculté d’indignation et l’engagement qui en est la conséquence ». Depuis 1968, j’en ai vu des gens s’indigner et résister de manière non violente. Peut-être y en a-t-il plus encore aujourd’hui. L’histoire est en marche. Contre la crise !

N’est-ce pas ce que nous chante, depuis 1979 déjà, l’extraordinaire Graeme Allwright, dans sa chanson Condamnés :


Avant d'écouter "Condamnés", arrêtez le lecteur à droite.

I've had a lot of trouble
I've had my share of pain
I wouldn't want te go back
Through that all again
l'm just here to tell you
What you already know
You know, you know, you know
You know, you know, you know.

J'ai eu mon lot de larmes
J'ai eu ma part de peine
Dans le silence et le vacarme
La lutte n'était pas vaine
Ce n'est pas pour vous séduire
Si je suis encore là
C'est seulement pour vous dire
Ce que vous savez déjà.

Condamnés à s'entendre
Condamnés à la paix
Condamnés à se comprendre
Condamnés à s'aimer
Malgré les apparences
On ne peut pas faire demi-tour
Il faut conclure une alliance
Ou être des cons damnés tout court

Tous mes amis me disent
Ça ne peut plus durer comme ça
On a par dessus la tête de la crise
Il faut mettre le haut-là
On y va, on y va c'est sûr
Je mettrai ma main au feu
On va tomber comme un fruit mûr
Dans la conscience de Dieu.

Le sens de l'histoire
Peut nous sembler insensé
On ne voulait pas le croire
Mais ça va arriver
Condamnés à s'entendre
Condamnés à s'aimer
Et enfin à tout prendre
On veut bien être condamnés

I've had a lot of trouble
I've had my share of pain
I wouldn't want te go back
Through that all again
I'm just here to tell you

0 commentaires:

:)) ;)) ;;) :D ;) :p :(( :) :( :X =(( :-o :-/ :-* :| 8-} :)] ~x( :-t b-( :-L x( =))

Enregistrer un commentaire