samedi 23 avril 2016

Avoir raison avant et contre tout le monde


Il y a juste 20 ans, mon ami Jean-Marc et moi, nous publiions un article connu sous la référence suivante : BRAIBANT, J.-M., GERARD, F.-M. (1996). Savoir lire : une question de méthodes ?, Bulletin de psychologie scolaire et d’orientation, 1, 1996 : 7-45. Cet article, issu d’une recherche empirique, montrait que les enfants apprennent mieux à lire, et de manière plus équitable, à l’aide de méthodes dites « syllabiques » que par des méthodes « idéovisuelles » ou globales.

Nous n’étions pas naïfs et nous savions que cet article – pourtant fondé sur des données objectives – allait bousculer certaines idées bien pensantes dans le monde pédagogique. Le choc fut plus rude encore que ce que nous avions prévu et les attaques diverses ne manquèrent pas. Visiblement, nous n’avions rien compris à l’apprentissage de la lecture, alors que – je me répète – nous ne faisions qu’expliciter les constats issus de l’analyse des données que nous avions recueillies de manière tout à fait neutre et objective.

Au-delà des soubresauts lors de sa publication, cet article eut un certain retentissement. Pas trop en Belgique, mais plutôt en France. Pour la première fois, des données francophones venaient conforter ce qui avait déjà été établi dans le monde anglo-saxon. Des chercheurs spécialisés utilisèrent ces constats, notamment Pascal Bressoux et Stanislas Dehaene. Notre texte eut aussi une certaine influence dans la décision du ministre de Robien d’imposer, en 2006, l’usage exclusif de la méthode syllabique aux professeurs de CP.

En publiant ce texte, notre intention n’était pas de bouleverser la pensée dominante à l’époque en ce qui concerne l’apprentissage de la lecture. Nous voulions seulement transmettre les résultats issus de l’analyse de nos données. Conceptuellement, j’étais même plutôt sceptique devant les conclusions de ces données. Mes convictions pédagogiques, alimentées par de nombreuses lectures, me tournaient plutôt vers l’autre camp, celui qui défendait l’idée que puisque lire signifie comprendre, il fallait avant tout qu’apprendre à lire consiste à travailler sur le sens. L’idée était belle, mais elle n’a jamais été corroborée par aucune recherche. Au contraire, depuis lors, les recherches en neurosciences tendent plutôt prouver que le mécanisme mental de la lecture se situe plutôt du côté des zones cérébrales dédiées au décodage et à la correspondance grapho-phonétique.

Peu importe d’ailleurs. L’objet de ce billet n’est pas d’opposer – une fois de plus – une méthode d’apprentissage de la lecture à une autre. Ce qui m’intéresse de mettre en évidence – avec le recul de 20 années – c’est le fait qu’il est vraiment difficile d’avoir raison quand tout le monde pense – pour des raisons souvent obscures – qu’on a tort. Ce que nous disions il y a 20 ans n’est aujourd’hui (quasiment) plus contesté par qui que ce soit. La science cognitive, même si elle ne se prononce pas en soi sur les méthodes pédagogiques à privilégier, a aujourd’hui montré la validité de nos conclusions de l’époque. Pourtant, je ne suis pas sûr que tous les pédagogues d’aujourd’hui – penseurs ou de terrain – rejoignent ces conclusions, tant est lourd le poids des « mythes pédagogiques ». Ceux-ci recouvrent toutes sortes de théories – de la programmation neurolinguistique (PNL), au cerveau gauche ou droit en passant par la place de l’informatique en éducation, l’effet Mozart et les intelligences multiples – qui sont fondamentalement ancrées dans de nombreuses convictions pédagogiques actuelles alors même qu’elles n’ont aucun fondement scientifique !

Avoir raison quand tout le monde pense qu’on a tort est loin d’être évident ! Mais il faut rester optimiste. Si aujourd’hui, Jean-Marc et moi, publiions le même article, les réactions seraient plutôt : « Mais que cherchent-ils à ouvrir des portes qui sont déjà largement ouvertes ? ». Il y a 20 ans, toutes ces portes étaient fondamentalement fermées. Personnellement, je pense qu’elles ne sont en réalité aujourd’hui qu’entrouvertes. Et c’est avec une certaine fierté que Jean-Marc et moi pensons y avoir contribué !

0 commentaires:

:)) ;)) ;;) :D ;) :p :(( :) :( :X =(( :-o :-/ :-* :| 8-} :)] ~x( :-t b-( :-L x( =))

Enregistrer un commentaire