samedi 30 avril 2016

Éloge de la différence


Ce n’est pas la première fois que je parle ici des spectacles de mon ami Raphy Rafaël, surtout lorsqu’il prépare ceux-ci avec des groupes d’enfants. Ils découvrent la chanson, le monde du spectacle, les exigences du professionnalisme… C’est chaque fois un travail extraordinaire. Mais que dire quand dans ces groupes d’enfants s’intègrent des enfants malentendants ou sourds ? Et qu’en plus, ils chantent – y compris par la langue des signes – le respect de la différence !

J’ai eu la chance de vivre ce moment aujourd’hui, à la Maison de la Culture de Namur, en présence des enfants de l’école Sainte-Marie. Pourquoi le cacherais-je : les larmes ont coulé de mes yeux sensibles pendant la quasi-totalité du spectacle.

Il y aurait beaucoup à dire, tant sur l’enthousiasme des enfants que sur la qualité des chœurs ou des musiciens. On n’est pas là dans une démarche humanitaire de bon aloi. Il s’agit vraiment d’un chemin professionnel, y compris pour tous ces enfants qui ne savaient même pas, il y a encore quelques mois, qu’ils pouvaient chanter ensemble de la « bonne chanson » et y prendre plaisir. Bien sûr, le public – composé essentiellement de membres des familles – était acquis, mais ce qu’il recevait, c’était une véritable claque. Une ouverture vers le monde, vers la vie, vers l’autre… et vers la qualité artistique.

Deux moments m’ont particulièrement ému. Le premier fut l’interprétation d’une chanson écrite par le groupe des enfants « École et surdité ». « Aimer, c’est la vie. La vie, c’est aimer… ». Cette chanson a été créée par ces enfants, en langue des signes. Ce n’est qu’après qu’elle fut traduite en français, et interprétée par tout le chœur des enfants, y compris bien sûr les auteurs. Un moment magique.

Il y eut aussi cette chanson écrite par Raphy : « Qu’y puis-je ? ». Un véritable éloge de la différence, du respect de la différence. Chaque fois que j’entends cette chanson, toutes mes cellules vibrent, j’ai des frissons, je pleure… L’entendre chanter par ces enfants de 10 à 12 ans m’a définitivement fait entrer dans le monde de l’autre, de la vie, du respect, de l’amour.

Il n’existe pas encore d’enregistrement officiel de cette chanson. Mais j’ai quelques entrées dans l’univers de Raphy. Et ce soir, sans même avoir eu le temps de lui en parler, j’ai envie de vous partager la version que j’ai, non définitive, sans chœur d’enfants, mais avec mille cœurs… Profitez-en, tant qu’elle est là !

Qu'y puis-je ?


Tous droits réservés © Raphy Rafaël - 2016

0 commentaires:

:)) ;)) ;;) :D ;) :p :(( :) :( :X =(( :-o :-/ :-* :| 8-} :)] ~x( :-t b-( :-L x( =))

Enregistrer un commentaire