dimanche 5 février 2017

Payer (cher) ce qu’on n’a pas consommé

Il y a un an, mon compteur électrique indiquait 86 553 kWh. Relevé il y a peu avec 85 666 kWh, j’attendais relativement serein ma facture de régularisation annuelle. Ma « consommation négative » était naturelle : la maison dispose de panneaux solaires et elle n’est plus habitée depuis fin octobre. Bref, je me disais que je ne devrais pas trop payer cette énergie que je n’ai pas consommée, mais c’était sans compter les évolutions des grilles tarifaires.

Pour dire les choses comme elles sont, je suis « victime » – comme bien d’autres – de l’explosion de la bulle photovoltaïque, non pas la bulle wallonne, mais la bulle flamande qui n’a rien à envier à l’autre.

On sait qu’il y a une dizaine d’années, les pouvoirs publics tant au niveau fédéral que régional ont été très généreux pour stimuler le développement de cette nouvelle source d’énergie. Investir dans des panneaux photovoltaïques était dès lors non seulement un geste écologique durable, mais aussi un excellent investissement.

Non seulement l’État belge me remboursait, à travers les impôts, 40% du montant investi, mais de plus la Région flamande me garantissait des certificats verts pendant 20 ans, soit – dans mon cas – 330 EUR pour tous les 1000 kWh produits, sans compter l’économie liée à la non-utilisation de l’énergie fournie par les producteurs d’électricité, à concurrence des kWh produits par mon installation (principe du compteur qui « tourne à l’envers »). Au bout du compte, un rendement plus qu’intéressant tout en contribuant à un monde plus écologique.

Le succès fut énorme et tous les pouvoirs publics se sont rapidement rendu compte que c’était intenable d’un point de vue budgétaire. L’État a donc supprimé le remboursement d’impôts pour les nouvelles installations. La Flandre a décidé une disparition progressive des certificats verts, tout en maintenant ses engagements. Mais le gouvernement flamand a pris et mis en œuvre des décisions régulatrices :
  • Taxe imposée à tout le monde pour résorber la dette liée aux certificats verts, (2 milliards d'EUR), soit pour une famille moyenne 100 EUR par an ;
  • Suppression de kWh gratuits précédemment offerts, soit pour une famille de 4 personnes, une perte de 80 EUR par an ;
  • Augmentation des coûts de distribution, imposée par le gestionnaire du réseau : approximativement 12 EUR par an pour un ménage moyen ;
  • Augmentation du taux de la TVA (de 6 à 21%), mesure prise par le gouvernement fédéral, avec un impact d’environ 100 EUR pour un ménage moyen ;
  • Tarif prosumer : cette taxe ne concerne que les ménages qui produisent de l'électricité qui doivent désormais contribuer à l'entretien du réseau. Elle dépend de la puissance de l'installation : pour une installation « moyenne » comme la mienne (5 kVA), elle se chiffre à 469 EUR par an.
Au terme de l’année, alors que mon installation a injecté dans le réseau 887 kWh (assez logiquement non rétribués), alors que ma consommation est donc nulle (pour ne pas dire négative), je me retrouve avec une addition finale de 608 EUR.

C’est à la fois beaucoup et peu à la fois. Cela diminue l’intérêt de l’investissement, sans supprimer entièrement le rendement. Durant cette année facturée, j’ai pu bénéficier de 4 certificats verts, soit 1320 EUR. Si on soustrait les 469 EUR du « tarif prosumer », il reste un surplus de 851 EUR, sans compter les kWh qui dans la réalité ont été consommés, mais ne sont pas facturés puisqu’ils ont été remplacés par ceux produits par l’installation.

L’installation date de juin 2011. Tout l’investissement est d’ores et déjà couvert. Elle fournira des certificats verts jusqu’en 2031, à raison d’environ 1155 EUR par an (soit 686 EUR si on retire le « tarif prosumer »), tout en limitant drastiquement le nombre de kWh consommés et donc à payer. Bref, malgré les restrictions, cela reste un rendement appréciable, surtout avec les taux d’intérêt actuels.

Je n’en profiterai pas puisque cette maison n’est désormais plus la mienne. Tant mieux pour les nouveaux propriétaires ! N’empêche, ça m’énerve quand même un peu de devoir payer six cents euros pour de l’électricité que je n’ai pas consommée, tout en sachant que je suis encore du bon côté : l’impact financier pour les ménages qui n’ont jamais même pu imaginer installer des panneaux photovoltaïques est important, et ça, c’est vraiment dur.

0 commentaires:

:)) ;)) ;;) :D ;) :p :(( :) :( :X =(( :-o :-/ :-* :| 8-} :)] ~x( :-t b-( :-L x( =))

Enregistrer un commentaire