samedi 18 mars 2017

En voie de disparition


De plus en plus d’espèces sont en voie de disparition. Les perroquets… mais surtout le vison d'Europe, le lynx d'Espagne, le crocodile du Siam, l’addax, l’albatros des Galapagos, l’anguille d'Europe, le guépard asiatique, le gorille de l'Est, la panthère de Floride, le tigre de Sumatra, et bien sûr les abeilles. Sont aussi en voie de disparition la rougeole, les roux, les philanthropes, les chemins ruraux, les agriculteurs, les politiciens honnêtes. Ou encore certaines expressions, certaines langues (dont le wallon), certains métiers (dont le souffleur de verre scientifique), certains modèles de voiture, certaines pratiques ancestrales (dont l’écriture manuscrite), etc.

Faut-il s’en alarmer ? Oui, bien sûr. Il est toujours alarmant de voir quelque chose disparaître. Sauf bien sûr la rougeole. Mais pour le reste, on aimerait bien évidemment qu’elles demeurent en l’état, qu’elles soient immuables.

Pourtant, une des évidences de notre existence est la disparition. La seule certitude que nous pouvons avoir sur notre vie, c’est qu’elle finira, qu’elle disparaîtra. Peut-être pas « la vie ». Mais bien notre vie. On s’en ira, inévitablement, tout comme des milliards d’autres se sont barrés avant nous. C’est la vie.

C’est la vie d’avoir des espèces en voie de disparition. Oserais-je même écrire que la vie n’existe que parce qu’il y a disparition ? Depuis que la vie existe, au départ sous une forme plus qu’embryonnaire, il n’y a eu que des disparitions. Pour permettre d’autres naissances. C’est le principe même de l’évolution. Des espèces disparaissent pour être remplacées par d’autres, plus résistantes, plus perfectionnées, plus évoluées…

Quand on y pense, lutter contre l’extinction des espèces est une attitude « créationniste ». Cela revient à considérer que les choses qui existent viennent de rien et ne doivent leur existence qu’à elles-mêmes. Il n’y avait rien avant elles, et – si elles disparaissent – il n’y aura rien.

En écrivant cela, j’ai bien conscience que la disparition de certaines espèces n’est pas nécessairement un progrès. Par exemple, les abeilles. C’est vrai que l’écosystème est méchamment mis à mal par cette disparition plus que vraisemblablement liée à l’action de l’homme. C’est vrai, je n’en disconviens pas. Mais qu’y aura-t-il après ? Personne ne le sait. Il y a des milliers, pour ne pas dire des millions, d’espèces qui ont disparu avant les abeilles. Pour une suite heureuse ou malheureuse ? Qui peut le dire ?

Qu’on me comprenne bien : mon propos n’est pas de critiquer ceux qui se battent pour la protection des espèces – de tout ordre – en voie de disparition. Mais je ne peux m’empêcher de penser que la vie est la vie. Je suis en fait frappé de constater que ceux qui se disent « progressistes » sont souvent très « conservateurs » en ce qui concerne toutes ces choses qui évoluent et qui disparaissent pour renaître sous d’autres formes.

C’est sans doute une vue bien naïve, mais personnellement, j’ai « envie » de faire confiance à la vie… Tout ce qui doit disparaître doit disparaître. Pour la vie. Pas celle qu’on essaie de perdurer – « je t’aime pour la vie », dans une notion de durée - mais celle qu’on essaie de transfigurer – « je t’aime pour la vie », dans une perspective de dépassement…

0 commentaires:

:)) ;)) ;;) :D ;) :p :(( :) :( :X =(( :-o :-/ :-* :| 8-} :)] ~x( :-t b-( :-L x( =))

Enregistrer un commentaire