dimanche 14 mai 2017

Sus à l’antimacronite aiguë

Je ne me suis pas vraiment prononcé pendant la campagne électorale. D’une part, parce que je n’étais pas directement concerné : je suis Belge et – même si ce qui se passe en France sur le plan politique est passionnant – je reste sans droit de vote. D’autre part, j’avoue être resté – jusqu’au bout – très sceptique sur ce que les candidats proposaient. Macron a été élu. Depuis lors, je constate -  essentiellement sur FaceBook et de la part d’amis belges – une antimacronite aiguë. De toute façon, il a tort et il faut qu’il dégage !

Fidèle à mon billet précédent, « j’attends de voir ». Macron est-il un Président providentiel ou au contraire un Suppôt de Satan ? Je n’en sais rien. Qu’on lui laisse un peu de temps !

J’avoue que pendant toute la campagne électorale, j’ai toujours été dérangé par le postulat « Macron ancien banquier = Macron à la solde des banques ». Je suis un ancien scout. « Scout un jour, scout toujours ». Je le reconnais et je revendique cette continuité. Mais enfin, à ce que je sache, il n’y a pas – comme chez les scouts – de « promesse de banquier ». Et quand bien même. J’ai en réalité fait deux fois ma promesse scoute. Cela veut dire que j'ai juré que « sur mon honneur et avec la grâce de Dieu, je m'engage à faire de mon mieux pour servir Dieu, mon pays, etc. ». C’était un autre temps. Je ne renie pas mon engagement, mais aujourd’hui, je refuserais une telle formulation. J’ai changé. Je ne renie pas ce que j’ai été. Mais je suis ce que je suis. Non pas ce que j’ai été. Cet exemple n’est qu’un exemple parmi d’autres. Je refuse de penser qu’un être humain soit enfermé dans son passé. Je ne dis pas que ce passé n’a pas d’importance. Je dis seulement que celui-ci ne conditionne pas éternellement un individu. Heureusement !

Jusqu’à preuve du contraire, Macron semble vouloir faire « autrement ». Ce qu’il dit et son parcours semblent indiquer la voie à une autre manière de faire, loin de l’opposition classique gauche-droite. Certains me diront que ce n’est que de l’enfumage. J’aimerais savoir ce qui leur permet de le dire. J’en connais qui diront que c’est évident étant donné que seule « la lutte des classes » importe. Je n’ai rien à redire à cet argument, si ce n’est que le concept me semble totalement dépassé, non pas tant dans sa réalité fondamentale que dans sa formulation. Je ne suis décidément pas convaincu qu’une quelconque « lutte » puisse mener quelque part. Pour moi, comme je l’ai chanté, « il n’y a guère de guerres qui en valent la peine. Même les guerres de naguère ne conduisent qu’à la haine. Toute guerre est vulgaire et tout à fait vaine ». La lutte des classes n’est qu’une guerre parmi d’autres.

Je ne suis pas macroniste. J’ai des doutes sur son programme. Il me semble un peu trop « beau » pour être vrai. Mais le minimum de l’intelligence me semble de lui laisser sa chance. Seul l’avenir détient un peu de vérité. Et comme l’écrivait Eugène Guillevic (merci Jean-Claude) : « On ne possède rien, jamais, qu’un peu de temps. »

0 commentaires:

:)) ;)) ;;) :D ;) :p :(( :) :( :X =(( :-o :-/ :-* :| 8-} :)] ~x( :-t b-( :-L x( =))

Enregistrer un commentaire