jeudi 30 janvier 2020

C’est si facile de désinformer…

Vous avez peut-être vu comme moi cette double image : dans la première, Greta Thunberg avec sa tête des mauvais jours exige que tout le monde roule en voiture électrique dès maintenant ; dans la deuxième, des enfants katangais travaillant dans une mine à ciel ouvert rassurent « Nous extrayons le cobalt pour vos batteries aussi vite que possible, Greta » ! Si cela fait sourire certains, c’est une double désinformation !

Tout d’abord, je défie quiconque de me prouver que Greta Thunberg a exprimé une quelconque exigence en matière de voiture électrique. On peut apprécier ou non le personnage emblématique qui ne fait en réalité que redire avec force les observations et conclusions des scientifiques spécialistes du climat. Évidemment, elle a plusieurs « défauts » : elle est jeune, elle est femme, elle dit clairement ce qu’elle pense, elle vole la vedette à d’autres « grands » de ce monde, elle nous met tous devant nos responsabilités, etc. Ce n’est pas une raison pour lui faire dire ce qu’elle ne dit pas. Ce n’est alors que de la manipulation : l’auteur du montage vise clairement un public climato-sceptique prêt à en découdre avec celle qui secoue leur foi en une croissance aveugle et infinie, quelles qu’en soient les conséquences.

La question du cobalt est plus délicate. Il serait difficile de nier qu’il existe des mines artisanales au Congo qui exploitent le travail d’enfants. Ces mines existent, même si les gouvernements congolais ont pris, depuis 2013, des dispositions pour organiser les exploitants artisanaux en coopératives minières afin de mettre fin au travail des enfants dans les mines. Ces mines artisanales et illégales représentent un peu plus de 10% de l’extraction des minerais concernés, la plus grande partie se réalisant dans des mines industrielles où les enfants sont remplacés avec efficacité par de grosses machines. La production congolaise de cobalt correspond environ à la moitié de la production mondiale. L’exploitation d’enfants ne concerne donc qu’une très petite partie du cobalt extrait. Elle est néanmoins insupportable et les dénonciations de l’UNICEF ou d’Amnesty International sont à soutenir, d’autant plus qu’elles produisent des réactions positives chez la plupart des multinationales concernées.

Celles-ci ne sont pas uniquement des constructeurs de voitures électriques. Le cobalt est utilisé dans toutes les batteries lithium-ion, qu’elles alimentent les moteurs électriques, mais aussi nos téléphones intelligents, nos ordinateurs et tous ces appareils qui ont besoin de batteries… De nombreuses recherches existent pour y remplacer le cobalt et le lithium par d’autres composants, notamment le sodium, le vanadium, des algues… Il est ainsi plus que vraisemblable que d’ici quelques années, il n’y aura plus de cobalt dans les diverses batteries.

Ces constats n’enlèvent rien aux vrais problèmes environnementaux et sociaux liés à l’extraction du cobalt. Mais ils nuancent fortement l’affirmation caricaturale portée par la double illustration dénoncée.

L’illustration en question n’est donc qu’une double désinformation. Ses objectifs sont clairs :
  • dénigrer tous ceux et toutes celles qui luttent pour que la problématique du climat soit réellement prise en compte, avec des mesures fortes qui impacteront d’une manière ou d’une autre sur notre petit confort ;
  • dénigrer celle qui en est devenue, sans le vouloir vraiment, la messagère principale, et à travers elle remettre « à leur place » en particulier les jeunes et les femmes qui osent se rebeller ;
  • dénigrer les voitures électriques en les accusant de maux dont elles ne sont pas principalement responsables, contribuant ainsi à diffuser les nombreuses contre-vérités dont elles sont victimes, sans doute parce qu’elles dérangent quelque part les esprits bien-pensants.
La désinformation est désormais un mal endémique. Beaucoup de personnes n’ont pas conscience qu’elles y contribuent. C’est si facile : un clic sur un bouton « Partager », un autre clic pour publier… et hop, c’est envoyé, avec ce sentiment de satisfaction béate d’avoir propagé un peu d’humour ou de vérité. C’est plus difficile de se poser quelques questions avant de diffuser. Elles sont simples pourtant : est-ce Positif ? Est-ce Exact ? Est-ce Nécessaire ? Est-ce Sage ? Est-ce Enrichissant ? Tiens, les cinq initiales font PENSE…

1 commentaire:

  1. Etonnant ce "petit bout de femme" un personnage qui en remontrerait à beaucoup
    Elle est aussi ce que les médias ont fait d'elle , donc pas toujours évident de discerner sa vérité

    RépondreSupprimer