mercredi 10 janvier 2007

Authentique canular, avilissement de la femme

Ma boîte aux lettres électronique a hérité aujourd'hui d'un soi-disant "authentique extrait d'un manuel scolaire d'éducation domestique pour les femmes, publié en 1960". Ce texte de 3 pages est une suite de recommandations faites aux femmes de choyer leur mari : "sois belle et tais-toi" ! La dernière page est la plus délirante : la femme devrait se plier, silencieusement et aveuglément, à tous les désirs de son homme, quels qu'ils soient…

Habitué de recevoir de nombreux hoax, mon attention a immédiatement été attirée par le mot "authentique". Souvent, dans ces courriels, quand on dit qu'une information est authentique, c'est qu'elle ne l'est pas ! Une rapide recherche m'a permis de relever les éléments suivants :
  • ce texte semble assez largement diffusé dans la version que j'ai reçue, en amusant apparemment ceux qui le diffusent, plus rarement en étant dénoncé pour l'image qu'il donne de la femme ;
  • son authenticité ne semble interrogée que par très peu de monde ;
  • le texte est parfois présenté comme la traduction d'un manuel anglo-saxon ;
  • un document anglais intitulé "The good wife's guide" peut être effectivement identifié, mais il serait issu d'un magazine datant de 1955 ;
  • le document français est effectivement une traduction de ce document anglais, sauf la dernière page qui a été ajoutée par le traducteur, sans doute en hommage à la grivoiserie bien connue des français ;
  • un article en anglais de l'encyclopédie Wikipedia traite de ce document, en posant à juste titre la question de son authenticité, et montre qu'il ne s'agit que d'un montage dont on ne connaît pas la véritable origine et qui circulait déjà par fax dans les années 80.
Au bout du compte, ce document n'est donc en rien un "authentique extrait d'un manuel scolaire". Il n'est qu'un faux visant à avilir la femme en faisant sourire les hommes qui le distribuent (quoique ce soit une femme qui me l'a envoyé).

Il reflète bien sûr une conception du rôle de la femme qui était bien présente au milieu du 20e siècle. C'est justement là la force de ces hoax : présenter comme vraie une fausse information qui a un fond de vraisemblance.

L'être humain est-il donc prêt à croire n'importe quoi ? Comment peut-on interpréter l'absence de sens critique de la plupart des gens, y compris de soi-disant intellectuels, comme l'a également montré il y a peu le faux documentaire de la RTBF sur le pseudo-éclatement de la Belgique ? Et comment peut-on accepter de diffuser une information aussi méprisante pour la femme sous le couvert du fait que "cela date de 1960" ?

3 commentaires:

  1. Vrai ou faux document qui circule allègrement : je l'ai déjà reçu plusieurs fois ! Il faut croire que la guerre des sexes a bonne audience, car elle représente environ la moitié de l'humour qu'on reçoit ainsi : les hommes ceci, les femmes cela... Un autre classique, très porteur, que peu suppriment : la chaine "votre mail sauvera un enfant malade !"... Ou comment le mail a supplanté la bonne vieille rumeur, vraie-fausse info !

    RépondreSupprimer
  2. Même une sénatrice PS peut dire n'importe quoi !
    Le 4 juillet 2014, Virginie Klès, rapporteur du projet de loi pour l'égalité réelle entre les femmes et les hommes, présentait la dernière mouture du texte issu de la commission paritaire mixte. Dans son intervention, on a pu entendre : "Dans les années soixante, les manuels scolaires florissaient. Je me propose de vous lire quelques extraits de l’un d’eux, publié en 1960, choisi pas tout à fait au hasard, et portant sur l’économie domestique pour les femmes."
    Et la sénatrice de citer longuement ce texte qu'elle avait dû trouver sur internet sans vérifier ses sources, permettant aux rares sénateurs présents de sourire quelques instants.

    RépondreSupprimer
  3. Addendum : Loin de mois l'idée de mettre en cause le contenu de cette loi qui constitue une avancée supplémentaire vers l'égalité, mais je continuerai toujours de penser que l'on ne doit pas défendre une juste cause avec des arguments fallacieux.

    RépondreSupprimer